“Pourtant, au début, je ne comprends rien. Ce qui est dit autour de moi, les mots, les phrases, les expressions. Ce qui est fait, les gestes, les simulacres. Ce qui est porté, les vêtements, les couleurs. Tout est nouveau, à traduire.Ça fait peur et en même temps ça me soulève de bonheur, de désir.”

– Philippe Labro

(Taken from L’étudiant étranger)